Bernard Morteyrol

Né en 1942, Bernard Morteyrol a vécu à Paris pendant presque quarante ans. Renouant dans les années soixante avec la peinture, il s’inscrit dans la Figuration narrative en invitant le spectateur à décrypter le réel au moyen de l’analyse critique des images qui envahissent leur quotidien, notamment la bande dessinée et la publicité. Membre du Salon de la Jeune peinture dans les années soixante dix, il expose au côté de Fromanger, Ernest Pignon Ernest, ou Guyomard, et s’invite dans le débat sur la réification de la société par l’image. Le propos primant sur la matière, il privilégie la lisibilité de l’image qu’il érige en moyen de résistance sociale et politique.

Pour restaurer la narration dans ses œuvres, chaque toile s’inscrit dans une série, permettant la mise en place de thèmes iconographiques organisés. La peinture est un outil de communication, un discours, qui prend ses racines dans la réalité.

Bien qu’il soit venu s‘installer dans le Var, d‘abord à Aups puis à Villecroze où il vit et travaille depuis 1985, il continue d’utiliser la peinture comme une stratégie de communication. Ainsi, dans sa série sur le « 11 septembre », il fait pleurer le drapeau américain dans les bandes rouges mais conserve les dénonciations américaines des années soixante, en transposant les étoiles en signe de dollars américains.

Dans notre société où l’image n’est généralement soumise à l’attention du spectateur que quelques seconde, l’œuvre de Morteyrol rappelle qu’un tableau demande un certain temps à être perçu, décrypter et analyser. Se confronter à ses toiles, c’est interroger les déviances de la société qui nous entoure.

 

Principales expositions

2011 Galerie Anna Tschopp (Marseille)
2010 Galerie Anne-Marie et Rolland Pallade (Lyon)
2009 Centre culturel Nelson Mandela
2008 Galerie Anna Tschopp (Marseille)
2007 Château des Templiers (Gréoux les Bains)
2006 Chapelle de l’Observance (Draguignan)
2005 Médiathèque (Le Cannet des Maures)
2004 Galerie Lourdel (Paris)
2003 Centre d’art
2002 Galerie La Tête d’obsidienne (La Seyne-sur-Mer)
2000 Galerie Art 7 (Nice)
1999: Galerie de Poche (Draguignan)
1998 Galerie Art 7 (Nice)
1997 Château des templiers (Greoux les Bains)
1996 Ferme des Arts (Vaison la Romaine) ; Bolanos de Campos (Espagne)
1995 Galerie 23 (Paris)
1994 Galerie 23 (Paris)
1992 Centre Culturel (Villecroze)
1990 Fondation Benazeraf (Roquebrune sur Argens)
1987 Château des Vintimilles (Le Luc)
1986 Galerie Lo Pais (Draguignan)
1984 Centre Culturel (Aups)
1983 Galerie J.-C. Kessler
1980 Maison de la culture (Toulon)
1978 Galerie Pierre Lescot (Paris)
1977 Centre culturel (Bretigny)
1976 Galerie de la Passerelle Saint-Louis (Paris)
1975 Maison de la culture (Amiens)

 

Si vous souhaitez recevoir d’autres informations envoyez nous un e-mail à contact@dzgalerienice.com.

Maria José Ortega

Marìa José Ortega est une artiste espagnole née à Valence en 1960.

Diplômée depuis 1984 par la faculté des Beaux-Arts de San Carlos à Valence, elle ne cesse depuis, d’approfondir des recherches picturales qui rendent l’ensemble de son œuvre si personnelle et puissante. (Atelier des techniques artistiques de l’université de Valence, Atelier de gravure à l’eau forte, premier cours international des Arts plastiques à la Villa de Buñol en1979 sous la direction d’Antonio López García, l’un des principaux représentants de l’hyperréalisme en Europe.)

DZ Galerie souhaite diffuser et faire connaître cette formidable plasticienne pour qui le choix de la technique correspond à une émotion et à une réflexion toute particulière. La thématique du “Bord de mer” – qu’il soit celui des dunes sableuses et désertes de le Méditerranée, piqué d’une verdure endémique ou qu’il soit celui des plages de galets bondées durant l’été et qui s’étendent le long de la côte d’azur – s’exprime chez Ortega par la matière, par la technique et par la couleur.

Lors de ces balades, l’artiste nous invite dans diverses intimités humaines ; intimités tantôt pudiques tantôt exhibitionnistes, tantôt personnelles, tantôt publiques.

Expositions individuelles

1990. « Aïgua i canyes« . Centre Socio-Culturel Juan Gil-Albert. Aldaia. Valence
1990. « Un año con Félix« . Maison rurale de Torrent. Torrent. Valence
1991. « El Baño » .Centre Culturel de Mislata. Mislata. Valence
1991. « Cristales« . Galerie Bennassar. Madrid
1992. « Peixeres« . Musée Achéologique Municipal. Vallada. Valence
1993. « Playas en pequeño formato« . Fondation Valor. Bañeres. Alicante
1998. « Púrpura« . Direction Générale de la Femme – Generalitat Valenciana. Valence
2006.  » ¿Juegas? – Jues? II. Salle des expositions de la Coopérative Électrique de Castellar. Valence
2008. “Saler”. “10DIEZYSEIS6 Interiorismo”. Valence
2016. 1er Salon d’été d’Antibes. Pepper Galerie. Antibes. France
2017. “Compositions”. Le Garage. Antibes. France
2018. “Un été à Antibes”. Le Garage. Antibes. France
2019. Exposition en préparation. DZ Galerie. Nice. France

Expositions collectives

1982. Salón de Primavera Caja de Ahorros de Valencia. Valence
1983. Caja de Ahorros y Socorros de Sagunto. Aula de Cultura. Sagunto. Valence
1984. Interarte 1ª Edición Feria Muestrario Valencia. Valence
1985. Muestra Nacional Artes Plásticas. Yecla. Murcia
1989. Interarte 5ª Edición Feria Muestrario Valence
1989. Mostra Nous Creadors. Conselleria de Cultura. Valence
1991. Selección Premio Ciudad de Benicarló. Castellón
2015. Exposició Pòsquins 2015. Trentatrés Galllery. Valence
2016. 44ème Salon des Antiquaires d’Antibes. DZ Galerie. Antibes. France
2018. Le Garage: Art Fair Antibes. Les Voiles d’Antibes. France
2019. Le Garage. Foire d’ Art Contemporain Art Up. Lille. France.

Créations diverses

1991 à 1993 Participation au « Supermercat d’Art » Valence et Barcelone.
1992 à 2000 Participation à la « Mostra Casa del Senyoret del Campot ». El Palmar – Valence
1997. Réalisation d’affiches « Los jóvenes y Europa ». Ayuntamiento Guardamar del Segura
1997. « Valencia Punto de Encuentro Europeo » Movimiento Europeo
2005. « Monitorización biofísica y bioquímica del parto » SOGCV
2008. « XXX Reunión anual de la Sociedad Española de Odontopediatría »
2008. Réalisation d’images 13ª Edition Master Développement de l’enfant et prise en charge précoce.
2008. Université de Valence
2008. Réalisation d’un dossier de gravures pour le XXIème congrès et le XXVème Cours de troisième
2008. Cycle de l’Académie ibéro-américaine de neurologie pédiatrique

Enseignement – Valence, Espagne

– Professeure d’Arts plastiques degré E.S.O. Collège Virgen del Rosario 1998-2008
– Professeure à l’Université de Verano de Guardamar del Segura, 2002.
– Professeure de peinture et dessin à l’Université Popular Ayuntamiento de Valence. 1996/97.
– Direction de l’École de peinture de 1991 à 1994.

 

Si vous souhaitez voir d’autres œuvres de Maria José Ortega envoyez nous un e-mail à contact@dzgalerienice.com.

Patrick Rosiu

Né le 4 juin 1953 à Paris, il débute en 1973 des études d’architecture à l’École nationale supérieure d’architecture (ENSA) de Paris La Villette puis de Paris-Tolbiac. Il rejoint, en 1979 l’université de Vincennes, centre expérimentale où il s’intéresse à des disciplines aussi variées que le cinéma, les arts plastiques, la philosophie et la psychanalyse. En 1981, il embrasse la carrière de professeur d’arts plastiques, et est nommé à Vence en 1994. Depuis, il travaille dans la région des Alpes Maritimes, cumulant son activité enseignant à celle de Charger de mission auprès du rectorat de Nice. Depuis 2015, il est devenu conseillé pédagogique pour la structure muséale de Tourrettes-sur-Loup.

Patrick Rosiu a commencé à exposer en 1977, alors qu’il était étudiant, à Paris. Très vite sa pratique s’articule avec la littérature, et il illustre plusieurs ouvrages (Agrafes en 1980 ou Geste en 2001), des journaux (L’Illustre du soir en 1983 et 1990), des revues (Action poétique )) ou encore des catalogues (Sept poètes francophones). De ses échanges avec le monde littéraire naissent de nouvelles expositions. Ainsi, en 1980, il expose « L’Invasion des Galates », un travail d’acrylique sur papier, naît de sa collaboration avec Paul-Louis Rossi, pour leur ouvrage Sôteria, contant la victoire de Zeus Sôter sur les Galates.

Depuis de nombreuses années, Patrick Rosiu développe une recherche picturale centrée autour des liens entre art et psychanalyse. Cette double implication sera le fil conducteur de sa création, tout au long de son parcours d’artiste et jusqu’à aujourd’hui. Il est attaché au concept platonicien de la technè dans le sens où il « amène à exister » ses œuvres par son geste, son regard et sa parole.

Enseignant, peintre, illustrateur, essayiste et psychanalyste, Patrick Rosiu a eu une approche multiple de l’art contemporain, mêlant habilement pratique et théorie.

 LIVRES EN DIALOGUE AVEC LES AUTEURS

 ROSSI Paul Louis, Sôteria, Impression quotidienne, 1979, XX p. [peintures de P. Rosiu]
BOSSEUR Jean-Yves, et al., Agrafes, Paris, Première donne, 1980, 64 p. [planches de P. Rosiu]
L’Illustre du soir, journal, n° 1, 1983, 6 p. [texte de P.L. Rossi, mise en page et dessins de P. Rosiu]
BRODA Martine, Passage, Paris, Lettres de Casse, 1985, 12 p. [gravures pour le tirage de tête de P. Rosiu]
ETIENNE Marie, La Face et le lointain, Moulins, Éditions Ipomée, 1986, 124 p. [photographies de P. Rosiu]
MIKRIAMMOS Philippe, Ballade du voyageur retournant vers sa maison inconnue, Paris, Fourbis, 1988, 28 p. [gravures pour le tirage de tête de P. Rosiu]
L’Illustre du soir, journal, n° 2, 1990, 6 p. [texte de P.L. Rossi, mise en page et dessins de P. Rosiu]
CERNOIS Sylviane., Geste suivi de Rosaire, Jégun, L’Arrière pays, 2001, 45 p. [peintures pour le tirage de tête de P. Rosiu]
PUEL Gaston, Carnet de Veihes. IV, Jégun, L’Arrière pays, 2001, 48 p. [peintures pour le tirage de tête de P. Rosiu]
PUEL Gaston, Le Fin mot, Jégun, L’Arrière pays, 2003, 35 p. [peintures pour le tirage de tête de P. Rosiu]
Action Poétique, n°77 [dessin de P. Rosiu]
Action Poétique, n°80 [dessin de P. Rosiu]

ECRITS SUR L’ART

Sept poètes francophones [cat.exp.], Éditions Encrages.
ROSIU Patrick in Geneviève Asse, Jean Degottex, Alberte Garibbo, Pierre Soulages : Clairs et obscurs, Carcès, Éditions Thesaurus Coloris, 2004,.
ROSIU Patrick in Curt Asker & Catharine Cary, Egidio Ferraro & Odile de Frayssinet : Autour de l’harmonie, Carcès, Éditions Thesaurus Coloris, 2004.
ROSIU Patrick in Jean de Maisonseul, Vera Molnar, Marcel Robelin : Gris éminents, Carcès, Éditions Thesaurus Coloris, 2005.
ROSIU Patrick in Henri Baviera : L’Hymen de la couleur, Carcès, Éditions Thesaurus Coloris, 2006.
ROSIU Patrick in Marie-Lyne Consantini : Suppedameums, Carcès, Éditions Thesaurus Coloris, 2006.
ROSIU Patrick in Alain Boullet : Les Formes du silence, Carcès, Éditions Thesaurus Coloris, 2007.
ROSIU Patrick in Autour de l’harmonies [actes de colloque], Carcès, Éditions Thesaurus Coloris, 2004.
ROSIU Patrick in Autour de l’arbre [actes de colloque], Carcès, Éditions Thesaurus Coloris, 2006.
ROSIU Patrick, « Fragment » , in ZANETTE Didier [dir.], Jacques Lavigne, adorable bleuité [cat.exp.], Nice, DZ Éditions, 2019, p. 26 à 43.

EXPOSITIONS

2018. « Trois : Jacques Lavigne, Patrick Rosiu, Mathieu Astoux», Espace culturel des Arcades, Antibes (France)
2017. « 20 artistes, 40 petits formats », Transartcafé, Antibes (France)
2016. « Rosiu & Roy », Transartcafé, Antibes (France)
2015.« 10 ans du Transartcafé », Transartcafé, Antibes (France)
2015. Mas d’Artigny, Saint-Paul de Vence (France)
2004. Art Gallery, Tourrettes-sur-Loup (France)
2014. « Draussin, Lavigne, Rosiu, Viennois & Voilley », Transcafé, Antibes (France)
2013. « D’un infini à l’autre », Chapelle des Pénitents blancs, Vence (France)
2013. « Bormida », Transartcafé, Antibes (France)
2012. La Coupole, La Gaude (France)
2011. « Albino Marcolli et Patrick Rosiu », Transartcafé, Antibes (France)
2010. « Une traversée complice » avec la photographe Hélène Grange, Espace muséal, Tourrettes-sur-Loups (France)
2007. « Ponctuation », Transartcafé, Antibes (France)
2005. Galeries municipales, Nice (France)
2004. Mas d’Artigny, Saint-Paul de Vence (France)
2002. Salon d’art contemporain, Château Arnaud (France)
2001. Chapelle des Pénitents blancs, Vence (France)
2001. Salon d’art contemporain, Vanves (France)
2000. Galerie Art’Mosphère, Vence (France)
2000. Salon d’art contemporain, Château Arnaud (France)
1998. Chapelle des Pénitents blancs, Vence (France)
1994. Salon d’art contemporain, Dammarie-les-Lys (France)
1994. Chapelle Marquelet de la Noue, Meaux (France)
1993. Maison du Don, Paris (France)
1991. Salon d’art contemporain, Levallois (France)
1990. Salon Paul Ricard, Paris (France)
1987. Chapelle de la Salpêtrière, Paris (France)
1985. « Le Dessin aujourd’hui », Maison Billaud, Fontenay-le-Comte (France)
1985. « Banlieus’art », Aubervilliers (France)
1984. Bibliothèque-Médiathèque, Metz (France)
1983. Galerie La chasse aux Snark, Paris (France)
1981. Salon des Indépendants, Paris (France)
1981. « Entre poésie et peinture » avec la revue Action Poétique, Espace Graslin, Nantes (France)
1980. Maison des Arts, Epinal (France)
1980. « Video ergo sum », Centre culturel français, Rome (Italie)
1979. Atelier rue sainte Anne autour d’Eric Satie, Bruxelles (Belgique)
1978. Centre Culturel avec la revue Change, Amiens
1977. « Jérôme Bosch ou les excès de la représentation », Centre culturel, Amiens

 

Si vous souhaitez voir d’autres œuvres de Patrick Rosiu envoyez nous un e-mail à contact@dzgalerienice.com.

Jacques Lavigne

Jacques Lavigne est né en 1937 en France. Après avoir entamé une carrière de géologue en Afrique du Nord, il s’installe à Paris en 1962. Il y découvre la peinture par l’intermédiaire de Jean-Michel Meurice, un des instigateurs du groupe Supports-Surfaces. Touché par le travail de pliage de Simon Hantaï, inspiré par les découpages de Matisse, influencé par les lacérations de Jacques Villeglé, il se lance dans une création colorée où la déchirure devient l’élément premier de la construction.

Finalement, il quitte Paris pour le Luberon avant de s’implanter à Antibes en 1977. Sa production artistique se diversifie alors, et en 1995 il reprend ses travaux de collage papier avec déchirures déjà pratiqués quelques années auparavant à Paris.  Depuis les expositions s’enchainent à travers la France.

Hors des courants et des modes, Jacques Lavigne a consacré plus de trente ans à réaliser des collages minutieux de papiers déchirés. Jouant sur un contraste entre la structure et la couleur, il compose des formes géométriques constituant des équilibres chromatiques et des harmonies abstraites. Dans chaque toile, l’apparente répétition des formes n’est qu’illusion car chaque élément reçoit l’empreinte du créateur et possède sa propre silhouette.

Sur la surface plane des toiles, Jacques Lavigne articule minutieusement des centaines de morceaux de papiers, déchirés puis peints. Avec un geste précis et rigoureux, il compose l’œuvre patiemment, collant les formes aléatoires sur la surface de la toile. Après un temps de séchage plus ou moins long, les papiers sont colorés au besoin, puis lorsque cela s’impose à l’artiste, de nouveaux déchirés à même la toile.

Jacques Lavigne, 5.9.13, 2013, papiers déchirés et acrylique sur toile

 

Expositions

  • 2019. « Adorable bleuité », DZ Galerie, Nice (France)
  • 2019. « Rétrospective Jacques Lavigne », Transartcafé, Antibes (France)
  • 2018. « Trois : Jacques Lavigne, Patrick Rosiu, Mathieu Astoux», Espace culturel des Arcades, Antibes (France)
  • 2018. « Les Voyages extraordinaires », DZ Galerie, Nice (France)
  • 2017. « Jacques Lavigne », Transartcafé, Antibes (France)
  • 2017. Espace culturel des Arcades, Antibes (France)
  • 2017. « Le Rêve », DZ Galerie, Metz (France)
  • 2016. « Jacques Lavigne + Daniela Foltynovà », Galerie Artus, Kromeriz (République Tchèque)
  • 2016. « Lavigne & Krefeld », Transartcafé, Antibes (France)
  • 2015. « Les Métamorphoses du monde », DZ Galerie, Nouméa (Nouvelle-Calédonie)
  • 2014. Salon Art Fair avec la Pepper Gallery, Antibes (France)
  • 2014. « Lavigne & Krefeld », Transartcafé, Antibes (France)
  • 2014. « Draussin, Lavigne, Rosiu, Viennois & Voilley », Transartcafé, Antibes (France)
  • 2013. « Quatre artistes antibois », Galerie Dock Sud, Sète (France)
  • 2013. « Lavigne & Voilley », Transartcafé, Antibes (France)
  • 2012. « Papiers déchirés », Transartcafé, Antibes (France)
  • 2012. « Entre poésie et arts plastiques : les mais de Marcel Migozzi », Maison des arts, Carcès (France)
  • 2008. « Transartistes », Transartcafé, Antibes (France)
  • 2007. « 15 ans et plus », Transartcafé, Antibes (France)
  • 2005. « Jacques Lavigne & Enzo Maio », Transartcafé, Antibes (France)
  • 2002. « Jacques Lavigne », Quartz, Vallauris (France)
  • Maison des Arts, Carcès (France)
  • 2001. « Abstraction peinte », Maison des Arts, Carcès (France)
  • 2001. « Le papier, matière première de l’Art », Maison des Arts, Carcès (France)
  • 2000. Espace des Arts, Lycée Estienne d’Orves, Nice (France)
  • 1999. Espace Bains-Douches, Antibes (France)
  • 1998. Maison des artistes, Cagnes-sur-Mer (France)
  • 1998. Galerie Le Sélinonte, Antibes (France)
  • 1997. Galerie B, Vence (France)
  • 1996. Musée Saint-André, Antibes (France)
  • 1995. Salon d’Automne des artistes professionnels, Antibes (France)
  • 1994. Chapelle des Pénitents blancs, Callian (France)
  • 1993. Le Lavoir, Mougins (France)
  • 1992. Espace « Amadeus », Sophia Antipolis (France)

 

Collections

  • Espace culturel des Arcades, Antibes (France)
  • Société des Bains de Mer, Monte Carlo (Monaco)
  • Golfe Terre Blanche, Bagnols-en-Forêt (France)

 

Si vous souhaitez voir d’autres œuvres de Jacques Lavigne envoyez nous un e-mail à contact@dzgalerienice.com.

Didier Zanette

« Painting Faces », série photographique

 

Ma série Painting Faces a été prise entre les années 2003 et 2014 dans les Hautes-Terres de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ce travail vise à révéler la puissance de formes artistiques éphémères que la photographie fixe : les décorations corporelles.

Dans les Hautes-Terres, les tenues d’apparat sont d’une grande richesse. Les bigmen (hommes de prestige) se parent de bilas (parures) pour les grands événements. Parmi elles, les peintures corporelles ont attiré mon attention. Selon Michael Mel, docteur en art scénique et originaire de la région, elles sont des œuvres d’art à part entière, dont l’utilisation est largement codifiée et joue un rôle social prédominant. Les peintures visent à cacher l’apparence réelle de l’individu pour laisser se dessiner les caractéristiques essentielles de l’individu. Chaque couleur répond à des qualités, comme par exemple, le rouge qui évoque la part sacrée de l’individu.

Aujourd’hui, les papous continuent de se maquiller pour différents types d’occasions : mariages, deuils, célébration d’un bâtiment important… et organisent chaque année des joutes artistiques au cours desquelles ils confrontent leurs parures, leurs performances musicales et leurs danses. J’ai eu l’occasion d’assister à ce type de festivités à Goroka, Mont-Hagen qui sont les plus connues et dans d’autres régions plus reculées des Highland. Pour ces occasions, véritables événements régionaux très appréciés des papous, les porteurs de couleurs affichent leurs identités individuelles et collectives, illustrant la vitalité des membres de leur clan. La photographie vient alors immortaliser cet instant, captant la représentation que chacun se fait de soi et son caractère fugace.

Jeu amusant, je prends, d’une certaine manière, en photographie l’image d’un portrait peint sur un visage. J’ai opéré différents jeux de cadrage qui visent à créer une opposition entre le moi lisible dans les yeux, et le moi inscrit sur la figure, tout en s’éloignant des conventions du portrait de studio. L’emploi de la couleur vise à restituer les détails des différents éléments de parures, tout en livrant pour chaque photographié, la singularité de chacun.

Ma série Painting Faces, traduit l’œil que je porte sur ces corps parés, véritables œuvres d’art vivantes : un regard de curieux et de passionné, contemplant un monde proche et lointain. M’écartant de la pratique documentaire que je cherche à mettre en place dans mon travail photographique, la série vise à réaliser une fresque des identités construites par les danseurs. De ce fait je m’éloigne de la photographie d’actualité qui cherche à absorber les personnages dans leur action et dans leur état d’esprit afin de montrer une vérité. Les photographies conservent l’ambivalence de l’intemporalité, où résonnent les vers de Lamartine « Ô temps ! Suspends ton vol ! ».

Didier Zanette

 

Si vous souhaitez voir d’autres œuvres de Didier Zanette, envoyez nous un e-mail à contact@dzgalerienice.com.

Ivan Messac

En 1967, âgé de 19 ans, Ivan Messac se lance dans la peinture. En 1969, il réalise une grande fresque en papier dans les couleurs de l’université de Nanterre. La même année, il expose, au côté de Pierre Buraglio, au Salon de la Jeune Peinture. Associé les artistes de la Figuration narrative – notamment Peter Klasen, Hevé Télémaque ou Jacques Monory –, il multiplie les expositions à travers la France, participant au Sigma de Bordeaux, collaborant pour les costumes et décors au Ballet Théâtre Contemporain, invité à la Biennale de Paris et à «  Mythologies quotidiennes » au Musée d’art moderne de la ville de Paris

Dans les années quatre-vingt, Ivan Messac s’échappe de la figuration narrative pour développer une peinture plus abstraite, et pour se lancer dans la peinture. Débutant par des modèles monumentaux en carton, il vient progressivement à la taille directe du marbre. Le succès est au rendez-vous, et les commandes publiques à l’international se multiplient, notamment en Chine, au Liban et à Quebec. Finalement, il renonce dans les années 2000 à la sculpture pour renouer avec la peinture, bien qu’en 2012, il réalise une série de sculptures plate peinte sur aluminium.

Depuis 2003, son travail pictural a été présenté dans les différentes expositions consacrées à la Figuration narrative (musées de Dôle et d’Orléans), ainsi que dans de nombreuses galerie d’art contemporain et au Centre Pompidou où il crée une œuvre en public. Sous les mots d’ordre de couleur, mouvement et matière, Messac, joue avec humour sur les images de notre environnement quotidien, nous invitant à un voyage extraordinaire.

 

Principales expositions :

2016 « Messac Live : 20 jours pour un tableau », Centre Pompidou (Paris) ; Musée du Quai Branly-Jacques Chirac (Paris)
2015 « C’est la nuit », Centre d’art Villa Tamaris (La Seyne-sur-Mer)
2007 « La figuration narrative », musée Hospice Comtesse (Lille) ; « L’amour de l’art », Musée des beaux-arts (Agen)
2005 « La figuration narrative dans les collections publiques », Musée des beaux-arts (Dole) d’Orléans
2004.Centre d’art de l’Yonne, Château de Tanlay et artothèque de Caen
2003 « Comment s’y retrouver », Centre d’Art Contemporain Passages (Troyes)
1998 « Sculptures pour Aronta », Orangerie des Musées (Sens)
1992 Centre d’Art CREDAC (Ivry-sur-Seine)
1990 Musée des Beaux-Arts de Joliette (Québec)
1988 CREDAC (Ivry-sur-Seine)
1987 Salon de la Jeune Sculpture (Paris)
1983 « L’uomo, l’ambiante, il color », (Milan)
1980 Musée d’art moderne de la ville de Paris, XIe Biennale de Paris
1979 Musée des Beaux-Arts de Lille, Les uns par les autres ; Galerie Jacqueline Storme, Lille, L’œuvre dans l’œuf.
1976 Sigma 12 (Bordeaux)
1975 Musée de la culture (Amiens)
1974 Sélection de Jean-Louis Pradel, FIAC (Paris) ; XXVe Salon de la Jeune Peinture (Paris)
1973 « Grands et jeunes d’aujourd’hui » Grand Palais (Paris)
1969 XXe Salon de la Jeune Peinture, Paris ; Ve Sigma, Bordeaux
1967 1968. Salon de Nanterre, Nanterre

Principales collections

Fonds national d’art contemporain, Paris
Musées de Sens
Musée Carnavalet, Paris,
Musée de Châtellerault
Fonds Régional d’Art Contemporain d’Alsace, Sélestat
Musée des beaux-arts, Mulhouse
Fonds Régional d’Art Contemporain des pays de Loire,Carquefou
Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Paris, Paris
Musée du Sport, Paris

Commandes publiques

Ambassade de France, Beyrouth
École maternelle de la rue de la Villette, Paris
Ville de Montcenis, communauté urbaine du Creusot Montceau, L’astronome, sculpture en marbre de Carrare.
Changchun, République Populaire de Chine
44/46 Boulevard de Grenelle
Paris Site EDF Cap Ampère à Saint-Denis
Site de l’aéroport de Carcassonne (dépôt de l’État)
Parc de la Nature de Laval, Québec
Place Maurice Quentin, Paris,
Parc de Sculptures de Saint-Sébastien-sur-Loire

Si vous souhaitez recevoir d’autres informations envoyez nous un e-mail à contact@dzgalerienice.com.