George Hairbrush Tjungurrayi

Neveu du célèbre Charlie Tarawa Tjungurrayi, George Hairbrush Tjungurrayi a été l’assistant des premiers peintres à l’origine de la reconnaissance internationale de l’art aborigène contemporain. C’est ainsi qu’il obtint leur soutien pour débuter en 1976 sa carrière d’artiste.

Dès ses débuts il a développé un style personnel, identifiable à ses séries de lignes parallèles. En 2003, George Hairbrush a été classé parmi les « 50 Most Collectable Australian Artists » par l’Australian Art Collector Magazine.

Portrait de l’artiste

Prix reçus par cet artiste :
2016. Finalist, Wynne Prize, Art Gallery of New South Wales, Syndey (Australie)
2015. Finalist, Wynne Prize Art Gallery of New South Wales, Syndey (Australie)
2011. Highly commended, 28th Telstra National Aboriginal & Torres Strait Islander Art Award, Darwin (Australie)
2010. Highly commended, 27th Telstra National Aboriginal & Torres Strait Islander Art Award, Darwin (Australie)
2007 et 2016. Finalist, Wynne Prize Art Gallery of New South Wales, Syndey (Australie)

George Ward Tjungurrayi, Tingari Dreaming, 2013, acrylique sur toile, 119 x 118 cm.

Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections :
Art Gallery of South Australia, Adelaïde (Australie)
Auckland Art Gallery, Auckland(Nouvelle-Zélande)
Groninger Museum, Amsterdam (Pays-Bas)
Kelton Foundation, Los Angeles (États-Unis)
Musée du Quai Branly – Jacques Chirac, Paris (France)
Museum of Victoria, Melbourne (Australie)
National Gallery of Australia, Canberra (Australie)
National Gallery of New South Wales, Sydney (Australie)
National Gallery of Victoria, Melbourne (Australie)
Queensland Art Gallery, Brisbane (Australie)
Queensland University, Brisbane (Australie)
Robert Holmes a Court Collection, Perth (Australie)
University of Virginia, Charlottesville (États-Unis)

Principales expositions personnelles et collectives :
2017. Smith Davidson Gallery, New-York (États-Unis)
2016. Piermarq at Art Palm Beach (États-Unis)
2016. « Form the Western Desert », James Makin Gallery, Melbourne (Australie)
2014. « George Hairbursh », DZ Galerie, Paris (France)
2008. « Between the lines » Utopia Art, Sydney (Australie)
2003. « Paintings from Mamultjulkulnga and Kirrimalunya », Gallery Gabrielle Pizzi, Melbourne (Australie)
2002. Utopia Art, Sydney (Australie)
1998. Gallery Gabrielle Pizzi, Melbourne (Australie)
1997. Utopia Art, Sydney (Australie)

 

Les « labyrinthes hypnotiques » de George Hairbrush relatent les cheminements des ancêtres Tingari qui ont façonné le territoire et fondé les lois aborigènes. Les couleurs qu’il utilise sont celles des marécages du lac Mackay. Dans ses toiles, la juxtaposition de nombreuses cellules imbriquées les unes dans les autres constituent des séries de courbes, représentation d’une topographie imaginaire. Ces agencements géométriques agissent sur la rétine du spectateur en créant des effets de mouvements cinétiques qui s’inscrivent dans la continuité de la culture aborigène de représenter la vibration, l’énergie du monde.

Si vous souhaitez voir d’autres œuvres de Georges Hairbrush Tjungurrayi, envoyez nous un e-mail à contact@dzgalerienice.com.